Ostéopathe manipulant une patiente
Santé

Médecine douce : qu’est-ce que l’ostéopathie ?

5 minutes
Qu'est-ce que l'ostéopathie ? Quand est-il conseillé de voir un ostéopathe ? Cette médecine douce peut-elle tout soulager ? Victor JUAN, ostéopathe intervenant notamment au sein d'entreprises, répond à nos questions.

Sommaire

Victor JUAN

Ostéopathe Lyon

Qu’est-ce que l’ostéopathie ?

“Le but de l’ostéopathie est de redonner de la souplesse à des tissus qui en ont perdu. L’ostéopathe, peu importe les maux, va s’intéresser à l’ensemble du corps humain.

En manipulant les articulations, on va venir identifier les structures du corps qui manquent de souplesse et de mobilité.

Par exemple, une mauvaise posture quotidienne entraîne des compensations et des tensions ailleurs dans le corps. Ces “chaînes de compensation”, si elles se cassent, peuvent engendrer des douleurs.

Notre travail est de venir identifier ce qui est bloqué en premier lieu, de travailler toutes ces chaînes de compensation, et de faire en sorte qu’elles ne posent plus de problème.

Tout comme les médecins généralistes, nous sommes des thérapeutes de première intention. Nous devons être capable d’identifier les symptômes alarmants et être aptes de réorienter les patients le mieux possible.”

Quand faut-il aller chez un ostéopathe ?

Les patients viennent souvent consulter quand une douleur apparaît. Généralement, ils attendent trop avant de venir, pensant que la douleur passera. Certes, la douleur va peut-être diminuer, mais sa source reste présente.

Selon moi, il est important de faire des suivis réguliers chez l’ostéopathe, même s’il n’y a pas de douleur. En termes de prévention, je recommande généralement à mes patients de venir tous les 6 mois. Il y a toujours quelque chose à travailler ! Quand on libère des chaînes de compensations, d’autres verrouillages ou gênes plus anciens, qui ne nous dérangeaient plus, peuvent se réveiller.

Qu’est-ce que la capsulite rétractile de l’épaule ?

La capsulite rétractile de l’épaule est une pathologie qui peut arriver à tout moment. Il s’agit d’une inflammation de la capsule articulaire, la membrane qui enserre l’articulation et la délimite. Tous les tissus autour de l’articulation de l’épaule viennent se figer et cela fait perdre quasiment toute la mobilité de l’épaule. Pour certains patients, le diagnostic est plus long poser que pour d’autres. Mais il n’est jamais trop tard, on pourra toujours travailler le muscle. La différence, c’est que plus le diagnostic se fait tôt plus la récupération sera rapide.

Quelles sont les limites de l’ostéopathie ? Peut-elle tout soulager ?

La limite de l’ostéopathie, c’est l’ostéopathe : le recul qu’il va avoir sur la situation et les techniques qu’il va utiliser. En ostéopathie, il ne faut pas toucher les pathologies structurelles, comme une fracture. Si le patient souffre d’un cancer, on n’intervient jamais sur la tumeur, cependant on peut travailler sur d’autres organes ou muscles en périphérie.  

Par exemple, pour aider les patients à supporter au mieux la chimiothérapie, on va intervenir sur tout ce qui est autour du foie. C’est l’organe qui élimine les molécules médicamenteuses après qu’elles aient fait leur travail dans le corps.

Si le cas d’un patient ne s’améliore pas après plusieurs consultations, je préfère le réorienter vers un confrère. On peut refuser un patient mais il faut toujours lui trouver une solution de repli.

Quelle est la différence entre un kinésithérapeute et un ostéopathe ?

Le kinésithérapeute étudie à la faculté de médecine. C’est le médecin généraliste qui prescrit des séances de rééducation chez le kinésithérapeute. Les consultations seront remboursées par la Sécurité sociale. Ce n’est pas le cas de l’ostéopathe : une prise en charge partielle ou totale est possible de la part des mutuelles.

Le kinésithérapeute fait travailler le muscle et rend le mouvement possible notamment à l’aide de machines spécialisées.

Faire de la kinésithérapie c’est un peu comme faire de la musculation, avec l’accompagnement d’un médecin” précise Victor JUAN.

L’ostéopathie, c’est une discipline purement manuelle, pas d’outils, pas d’instruments. C’est une différence majeure entre les deux. Le rôle de l’ostéopathe est de venir suppléer à ce travail de rééducation du kinésithérapeute.

Il ne faut pas voir ces deux professions comme étant des professions rivales mais complémentaires.

Peut-on ressentir des “effets secondaires” après une séance d’ostéopathie ?

Après une séance, les patients ne sont pas toujours soulagés immédiatement, des gênes peuvent être encore présentes. Il est normal qu’après une séance, les patients sentent des tensions, des douleurs car on agit sur les tissus.

L’importance est de mieux bouger.

Après une séance d’ostéopathie, le patient peut ressentir de la fatigue. C’est le système nerveux neurovégétatif qui intervient. Il permet de réguler les battements cardiaques, la respiration inconsciente, la digestion et notamment la contraction passive des muscles.

Quand on se redresse après la séance on peut avoir des vertiges. Il est conseillé de rester assis une minute sur la table et de se relever doucement.

Posture au travail : quelles sont les bonnes habitudes à prendre au quotidien ?

” Une bonne posture de travail, c’est une posture qui change ” .

J’aime bien utiliser cette citation de Léonard de Vinci : ” Le mouvement c’est le principe de toute vie “. Elle illustre bien que l’humain est fait pour bouger. Si quelqu’un s’immobilise durant 4 heures devant son clavier et a mal au dos le soir, ce n’est pas étonnant. Une bonne posture de travail, c’est une posture qui change.

Voici deux règles de base à appliquer en position assise sur une chaise :

  • il est conseillé d’avoir les genoux les plus proches possible du 90 degrés ;
  • les coudes posés à 90 degrés sur la table.

Les gens qui travaillent sur les ordinateurs ont souvent mal aux cervicales. Cela peut être dû aux écrans qui sont trop bas. Il ne faut pas hésiter à les relever pour avoir la tête la plus droite possible.

Je recommande de se lever toutes les heures et marcher pendant 5 minutes. En faisant cela, vous venez remobiliser vos membres inférieurs et vos muscles posturaux.

Mutuelle santé, médecines douces et ostéopathie

Saviez-vous que certaines médecines douces comme l’ostéopathie peuvent être remboursées en partie par votre mutuelle ? Pour votre confort au quotidien, découvrez les soins pris en charge.