L’essor de la téléconsultation : un boom durable

Quand les habitudes évoluent ! La crise du COVID 19 a accéléré le processus de la téléconsultation et s’est installée au fil du temps dans les habitudes de soins des patients, mais aussi des médecins. Quelle a été son évolution en 6 mois ? Il s’agit d’un vrai bon en avant ! Le recours à la téléconsultation continue pour le bénéfice des patients et des praticiens. Explications.

Le recours à la médecine à distance se prolonge et s’intensifie

En effet, 5,5 millions de consultations à distance ont été remboursées entre mars et avril 2020 (Source Ameli.fr), chiffres recensés par l’Assurance Maladie. Bien sûr, le confinement a été révélateur sur l’efficacité de la téléconsultation en période de crise. Ce qui est remarquable est l’effet durable de la tendance à la fois sur les praticiens et les patients.

L’assouplissement des règles de prise en charge de la consultation à distance par l’Assurance Maladie et le remboursement à 100%, facilitent grandement l’accès aux soins à distance.

La croissance des actes en téléconsultations se poursuit

 

A fin octobre 2020, date de l’entrée en vigueur du 2eme confinement, le nombre de téléconsultations hebdomadaires a doublé et près de 500 000 actes ont été réalisés par semaine, selon des chiffres transmis par l’Assurance maladie à l’AFP, le 9 décembre 2020.

Ces chiffres ponctuent une longue période de croissance depuis la fin août 2020.

A cette date, il avait été dénombré 150 000 téléconsultations hebdomadaires, et fin septembre, ce chiffre avait atteint 250 000 par semaine.

La dernière semaine d’octobre, 331 000 actes se faisaient à distance, période pendant laquelle était annoncé le deuxième confinement.

En novembre, la progression monte en puissance au fil des semaines : 500 000 téléconsultations s’effectuent au cours de la première semaine, 483 000 la deuxième, 528 000 la troisième et 476 000 fin novembre.

Pour rappel, la téléconsultation bénéficie d’une prise en charge par la Sécurité sociale depuis le 15 septembre 2018 avec un remboursement au taux identique à celui d’une consultation classique (lire l’article sur le remboursement des consultations à distance ici).

La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 et le 1er confinement de mars et avril 2020 a largement favorisé cette nouvelle pratique qui tend à s’installer dans les usages des patients et des médecins généralistes qui assurent près de 80 % des consultations à distance.

Les médecins généralistes, les premiers à s’équiper depuis le début de la crise

En matière de statistiques, les grandes tendances relevées pendant le confinement se prolongent dans le temps. Aujourd’hui, qui sont les médecins les plus équipés en matière de consultation à distance ?

En effet, 3 médecins généralistes sur 4 ont mis en place la télémédecine (Source DREES) depuis le début de l’épidémie.

Sur le plan pratique, ce sont également les médecins généralistes de ville qui arrivent en tête : 69% d’entre eux ont pratiqué la médecine à distance au moins une fois.

Les autres professionnels de santé à s’être équipés en grand nombre sont les spécialistes : psychiatres, pédiatres , gynécologues et dermatologues le plus souvent. (Consulter les chiffres sur Ameli.fr)

Par décret, les infirmiers et les sages-femmes sont autorisés à consulter à distance. (Décret sur solidarites-sante.gouv.fr)

Côté patients, on observe que tous les âges sont concernés. Les jeunes sont en majorité des citadins appartenant à la catégorie CSP+.

1 patient sur 5 a plus de 70 ans (Source Ameli.fr) : la téléconsultation permet de limiter leur déplacement en période d’épidémie.

La téléconsultation : les bénéfices pour les patients

La promesse est largement tenue : une médecine disponible partout à n’importe quel moment.

Quels sont les patients les plus satisfaits ?

Les avis divergent. Les départements les plus touchés par le COVID 19 sont conquis par son efficacité. A l’inverse, l’opinion de certains médecins généralistes reste mitigée. Pour ces derniers, le présentiel reste indispensable pour un examen physique clinique, surtout en cas de complications ou de pathologies lourdes.

A noter, la fin des consultations par téléphone ! Elles sont réservées exclusivement pour les patients dits en « zones blanches », c’est-à-dire sans réseau Internet.

La téléconsultation est au service de l’accès aux soins.

La pratique de la téléconsultation à l’échelle du pays a permis de mettre l’accent sur des atouts indiscutables :

  • elle simplifie le suivi des patients et limite les déplacements pour des suspects covid ou des personnes âgées limitées dans ses déplacements ;
  • elle favorise l’accès aux soins sur tout le territoire et lutte contre les déserts médicaux;
  • elle raccourcit le délai de prise en charge pour les maladies chroniques comme celles en période d’hiver ;
  • elle épargne du temps aux praticiens qui peuvent l’allouer à des cas plus lourds.

La téléconsultation, un choix évident

“Au premier semestre 2020, le nombre de téléconsultations facturées à l’Assurance Maladie a explosé en France : il est passé de 40 000 actes par mois à 4,5 millions an avril pour se situer à près d’un million d’actes pendant l’été.”

Source :

pdfCommuniqué de presse Assurance Maladie – sept 2020

 

De nombreuses mutuelles se sont dotées de plateformes de télémédecine dont APICIL qui a conclut un partenariat avec le service de téléconsultation sur medecindirect.fr

Proposée par API Services, ce service de téléconsultation est ouvert à tous les adhérents santé du Groupe, gratuitement, sans restriction, ni condition.

Comme sur toutes les plateformes de soins à distance, l’intégralité du parcours de soins s’exécute en ligne. 

De la prise de rendez-vous jusqu’à l’échange de documents comme les ordonnances en passant par l’appel vidéo avec le médecin. Tout est confidentiel et sécurisé.

Des médecins généralistes et un large panel de médecins spécialistes (pédiatres, ophtalmologues, dermatologues, cardiologues, gynécologues, psychiatres…) répondent aux adhérents dans les 2 heures et le service est accessible 24/24h, 7/7j.

Articles suggérés