Santé

Un étudiant peut-il rester sur la mutuelle de ses parents ?

4 minutes
Quelle mutuelle choisir pour un étudiant ? Un enfant majeur peut-il rester affilié à la mutuelle de ses parents ? Comment se faire rembourser ses frais de santé ? Suivons Léa, la toute récente bachelière de la famille Touprévu, qui vous explique tout au travers de son expérience sur le sujet.
étudiante devant son ordinateur

Sommaire : 

Après avoir obtenu son baccalauréat littéraire avec brio, Léa Touprévu s’apprête à faire sa rentrée à la faculté de droit. Avant d’entamer ses études supérieures, la jeune fille se pose quelques questions, notamment au sujet de sa couverture santé.

Jusqu’ici couverte par la mutuelle santé de ses parents, elle a entendu parler de « mutuelles étudiantes ». N’y comprenant rien, elle propose à sa cousine Margaux  d’aller boire un verre en ville pour en discuter. En stage de fin d’études dans un organisme de Sécurité sociale, elle sera forcément de bon conseil !

La mutuelle étudiante est-elle obligatoire ?

Assises à la terrasse d’un café, les deux cousines sirotent une menthe à l’eau. Léa questionne sa cousine :

« Tu as une mutuelle étudiante toi ?

– Pas du tout, je suis couverte par une complémentaire santé classique !

Une complémentaire santé ?

Oui c’est la même chose qu’une mutuelle !

Ah d’accord, bon je croyais avoir lu quelque part que souscrire une mutuelle étudiante était obligatoire*…

– Non, elle n’est pas obligatoire !

Dois-je garder la mutuelle de mes parents ou souscrire un nouveau contrat lorsque je deviens étudiant(e) ?

Lors de ta rentrée à l’université, plusieurs options s’offrent à toi ». Elle lui explique alors qu’elle peut :

  • continuer à être rattachée à la mutuelle de ses parents ;
  • souscrire un contrat de mutuelle santé individuel auprès de tout autre organisme complémentaire (étudiant ou non) ;
  • ne pas s’assurer à titre complémentaire.

« De mon côté, j’ai choisi de prendre un contrat de complémentaire santé individuel. Il était hors de question que je ne m’assure pas ! C’est arrivé à une copine, elle a eu un accident tout bête en soirée, et devine combien ça lui a coûté ? 800 € ! Imagine la tête de ses parents quand elle leur a annoncé ! Et je ne voulais pas non plus être rattachée à la mutuelle de mes parents, j’avais envie d’être indépendante. Et puis opter pour une mutuelle individuelle ne coûte pas forcément très cher. Enfin, tout dépend des options que tu souscris ».

Léa réfléchit. Si elle comprend le besoin d’indépendance de sa cousine, elle n’a malheureusement pas les finances pour se le permettre. Rester rattachée à la mutuelle de ses parents lui paraît être la meilleure option. En plus, ce sera plus simple… Elle et l’administratif, ça a toujours fait deux.

Elle explique son choix à sa cousine. Cette dernière lui rappelle qu’elle ne pourra pas rester sur la mutuelle de ses parents indéfiniment, il y a des conditions.

Jusqu’à quel âge un enfant peut-il être rattaché à la mutuelle de ses parents ?

Les assureurs prévoient généralement un âge limite au-delà duquel il n’est plus possible d’y être rattaché, souvent entre 21 et 26 ans. Et, quoi qu’il en soit, dès qu’un jeune n’est plus étudiant, il ne peut plus être rattaché à la mutuelle de ses parents, sauf dans certains cas précisés ci-dessous.

Enfant étudiant et mutuelle des parents : comment ça se passe chez APICIL ?

Les enfants peuvent rester rattachés à la mutuelle de leurs parents dans les cas suivants :

  • enfant de moins de 21 ans avec le statut de chômeur : lors  de  chaque  demande  de remboursement,   il devra fournir un justificatif de son inscription à Pôle Emploi à la date des soins et une attestation Pôle Emploi de non-indemnisation ;
  • enfant de moins de 26 ans (jusqu’à  la veille de  leur 26 anniversaire) poursuivant  des  études  supérieures  sous réserve  de  la  production  d’un  certificat  de scolarité  d’études  supérieures. 

Lorsque  ces bénéficiaires  arrêtent  leurs  études,  ils  sont garantis  jusqu’au  31  décembre  sans  que  la garantie   puisse   aller   au-delà   du   26e anniversaire.

Pour en savoir plus :

Jusqu’à quel âge mon enfant est-il rattaché à ma mutuelle ?

Mon enfant devient étudiant, est-il toujours couvert par ma mutuelle ?

Mon enfant est apprenti, jusqu’à quand peut-il être couvert par ma mutuelle santé ?

Remboursement santé (médecin, pharmacie, dentiste…) : comment ça marche ?

« Et pour te faire rembourser tes frais de santé quand tu vas chez le médecin, tu fais comment ? Moi, pour le moment, c’est maman qui gère.

– C’est assez simple en réalité ». Elle lui indique qu’il lui suffit de remettre sa carte Vitale à son médecin. Après paiement et grâce à cette carte, le médecin ou praticien émettra une feuille de soins électronique, laquelle sera directement envoyée à la CPAM (Caisse primaire d’assurance maladie).

« Ça se fait tout seul ? Comme ça ?

– En principe oui, tu n’as aucune démarche à effectuer. En revanche, si tu as oublié ta carte Vitale ou que la télétransmission échoue, les choses sont un peu différentes. Dans cette situation, le professionnel de santé te remettra une feuille de soins au format papier que tu devras ensuite envoyer par courrier à ta Cpam, après l’avoir complétée et signée évidemment.

– Mieux vaut avoir sa carte Vitale alors ! souligne à juste titre Léa. Et ensuite ?

– Tu recevras le remboursement de la part prise en charge par l’Assurance Maladie. En général sous cinq jours sur ton compte bancaire. Ta mutuelle interviendra ensuite pour te rembourser tout ou partie de ce qui reste. Cela dépendra des garanties souscrites.

– Là aussi ça se fait tout seul ?

– Tout dépend si ton assureur utilise la télétransmission NOEMIE. Si c’est le cas alors tu n’auras rien à faire. Dans le cas contraire, il faudra lui envoyer le décompte papier de la CPAM pour qu’il procède au remboursement ».

Léa réalise que ce n’est pas si compliqué finalement ! Comme tout ce qui est administratif, il suffit souvent de s’y mettre et surtout d’être bien accompagné au départ.

* Avant la réforme de 2019, tous les étudiants devaient obligatoirement s’inscrire à la Sécurité sociale étudiante. A ce titre, ils devaient s’acquitter d’une cotisation et choisir une mutuelle étudiante pour gérer leurs prestations de santé de base. Ces dernières pouvaient également proposer des contrats de complémentaire santé mais leur souscription n’était aucunement obligatoire. Désormais, tous les étudiants relèvent du régime général, sauf exception, et la cotisation de Sécurité sociale a disparu.

La complémentaire santé solidaire (CSS) : c’est quoi ?

Margaux profite de cet échange pour parler de sa meilleure amie. Ayant déménagé à Lyon pour ses études et enchaînant les petits boulots à côté de ses cours pour les financer, elle avait été plongée dans une situation financière plus que précaire. Assumer le coût d’une complémentaire santé en plus de toutes ses autres charges était alors devenu beaucoup trop onéreux pour elle.

Conseillée par une assistante sociale, elle avait pu faire les démarches pour bénéficier de la complémentaire santé solidaire, aussi appelée CSS et parfois C2C.

« Mais c’est quoi au juste la CSS ? l’interroge Léa.

– C’est un dispositif qui te permet d’avoir accès à une mutuelle santé avec ou sans contribution financière. Cela dépend de ta situation et de tes ressources ».

Léa n’en avait jamais entendu parler. Voilà une information qu’elle va pouvoir relayer.

Nos offres APICIL

Une famille qui vient d'emménager

prévoyance et MUTUELLE SANTÉ

Des offres pour vous et votre famille

Vous souhaitez vous assurer en cas d’accident, maladie ou décès ? Vous recherchez une complémentaire 100 % santé adaptée à votre profil ? Découvrez nos offres et garanties santé et prévoyance :